Hommage à Kameleddine Fekhar

 

Comme dans l’ensemble de la famille militante amazighe, nous sommes profondément bouleversés par l’assassinat politique de Kameleddine FEKHAR dans les geôles de l’Etat criminel algérien.

Le parcours militant du Docteur Fekhar est connu de tous. Nous savons tous les raisons qui ont mené l’Etat algérien à programmer et à exécuter sa liquidation physique. Kameleddine s’est engagé très tôt dans le combat pour la démocratie et les droits humains, notamment au sein du Front des Forces socialistes, et de la Ligue algérienne des droits humains ; puis plus spécifiquement en créant lui-même un Mouvement autonomiste pour défendre les droits des peuples opprimés, discriminés, massacrés ; notamment le sien, victime à ce jour d’une incroyable politique d’apartheid.

Dans le cadre de l’Algérie, telle que définie par les institutions arabo-islamiques algériennes, le sort macabre réservé au peuple mozabite, doublement discriminé par son identité amazighe et par son culte ibadite, a profondément choqué le Docteur Fekhar. C’est avec courage et détermination que Kameleddine s’est dressé contre un Etat criminel et tout-puissant, fort de l’impunité qui lui est garantie tant à l’échelle algérienne qu’à l’échelle internationale.

C’est dans ce cadre précis qu’en 2013, notre Collectif a eu l’honneur et le privilège de travailler avec lui en vue de coordonner le tout premier rassemblement à Paris pour dénoncer l’apartheid et les crimes d’Etat à caractère raciste commis par l’Etat algérien dans le Mzab, au vu et au su de tous, sans que cela ne soulève grande indignation en dehors des cercles militants amazighs.

C’est en effet dans l’indifférence la plus absolue que le peuple Mozabite s’est régulièrement fait massacrer par l’Etat algérien, malgré les incessants appels au secours de Kameleddine Fekhar. C’est ainsi que le Docteur Fekhar en est arrivé à qualifier les évènements tragiques de Ghardiaia « d’ethnocide à huis-clos », et à lancer plusieurs appels au secours, tant à la communauté algérienne, qu’à la communauté internationale et à l’ONU. Hélas, comme nous le savons tous, à quelques rares exceptions près, tous sont restés sourds à ses appels.

Cibles privilégiées de l’Etat algérien, le Dr FEKHAR et ses compagnons de lutte, notamment ceux qui ont fondé avec lui le Mouvement pour l’autonomie du Mzab, ont fait l’objet de très lourdes charges, notamment « d’atteinte à la sureté de l’Etat », « d’appels à la haine raciale » et bien d’autres encore, plus ahurissants les que les autres. La justice algérienne, digne de l’apartheid sud-africaine au plus fort de son despotisme, a totalement inversé les rôles : Ce sont les victimes qui sont jugées pour les crimes qu’ils ont subi, en lieu et place des bourreaux qui les ont commis !

Le Collectif des Amazighs en France tient à rendre hommage à Kameleddine FEKHAR, un militant au courage exemplaire qui marque à jamais la lutte pour le recouvrement des droits des peuples amazighs. Nous dénonçons avec vigueur son ignoble assassinat et lonçons un appel urgent à davantage de solidarité pour que plus aucun militant, plus aucun détenu ne puisse être victime de l’arbitraire, de l’injustice et du meurtre en toute impunité.

Le meilleur hommage que l’on puisse rendre à Kameleddine Fekhar et au combat qu’il a payé de sa vie, c’est de le poursuivre et de continuer à le rendre visible.

Face à la férocité des Etats racistes d’Afrique du Nord, les peuples amazighs se doivent de cultiver leur solidarité.

Le Collectif des Amazighs en France
Paris, le 31 Mai 2019